Projet pédagogique

Les ateliers 1010 existent maintenant depuis plus de 5 ans. Nos axes principaux de travail sont le collectif, la création, l’autonomie et la pluridisciplinarité.

Télécharger le dossier pédagogique :

PROJET GLOBAL : 

  • Le travail collectif, un moteur de l’apprentissage :

Prendre sa place dans un groupe, accepter les différences et savoir les valoriser… L’entraide et la bienveillance sont les bases de ce qui nous permet de vivre ensemble, de créer ensemble.
Dans nos ateliers, les enfants sont amenés à voir le groupe de façon saine, sans compétition. Le collectif devient alors un moteur de la motivation et de l’apprentissage, un lieu ou l’écoute et la confiance en soi peuvent voir le jour.

  • La différence est une force :

Notre pédagogie est différenciée. Les groupes peuvent avoir des âges et des niveau de pratique hétérogènes. Cela permet au groupe d’évoluer différement. Chacun apporte sa personnalité, ses valeurs propres.

  • La création, une base de travail :

Au sein de nos ateliers, la création est vue comme un terrain vierge qui va permettre d’avancer sans a priori, de créer quelque chose de commun qui appartient à tous et qui sera la base du travail collectif et personnel.
Chacun peu facilement trouver sa place selon son niveau de pratique et de confiance en soi, tout en respectant celle des autres. La création offre aux enfants des objectifs et aussi des résultats uniques qui sans eux n’aurait jamais existé. Elle renforce leur confiance en leur capacité, leur créativité, les faisant passer de consommateur à acteur de leur propre pratique artistique.

  • L’autonomie, un objectif retrouvé :

Les enfants sont naturellement autonome dans leurs jeux et leurs apprentissages dès lors qu’il les ont choisis. Ils la perdent quand ils ne savent plus pourquoi ils apprennent, ce qui ne les empêche pas d’apprendre mais peut poser des problèmes de motivation, d’ennui et d’oubli.

L’autonomie, une fois retrouvée est, à nos yeux, un accélérateur de l’apprentissage, une motivation sans faille même face aux moments de difficulté et surtout une certitude que les enfants sauront mettre à profit ce qu’ils ont appris dans leur vie future.

  • La pluridisciplinarité, une ouverture vers les émotions :

Faire tomber les barrières entre les différentes disciplines ou même les différentes pratiques au sein d’une discipline nous permet de mettre l’accent sur ce qui leur est commun : les émotions. Au delà des techniques, la pratique artistique nous semble être un moment propice pour capter nos émotions, les accepter et les donner aux autres. La pluridisciplinarité nous permet aussi d’envisager au sein des ateliers des projets de plus grande ampleur, comme une comédie musicale ou un film.


PROJET « MUSIQUE TOURNANTE » : 

La musique est au coeur du projet des Ateliers 1010. 70 % des enfants qui participent à nos ateliers viennent à l’heure actuelle d’abord pour la musique.

Nous avons appelé ces ateliers « musique tournante » pour différentes raisons.

  • Hétérogénéité du niveau de pratique et des âges :

Tout d’abord, nous partons du principe que les enfants avancent chacun à leurs rythmes, selon leurs envies de pratique. Nous ne demandons pas aux enfants de posséder un instrument, ni de pratiquer la musique en dehors des ateliers. Les groupes sont donc souvent hétérogène en niveau de pratique et en âge, jusqu’à 2 à 3 ans d’écart (par exemple CE2-CM2). Nous nous servons de ces disparités pour motiver les débutants et responsabiliser les plus avancés qui aident les autres, ce qui leur permet de formaliser leur savoir. Lors d’un atelier, les groupes sont changeants, peuvent se diviser et se recomposer en fonction des besoins. Le déroulement et la forme des ateliers changent aussi tout au long de l’année, en fonction de l’avancement des groupes, des objectifs et de la fatigue des enfants.

  • Apprendre plusieurs instruments à la fois :

Les enfants sont amenés à apprendre plusieurs instruments à la fois. Le fait de changer d’instrument leur permet de rester concentré plus longtemps, de tout de suite jouer en groupe et de mettre l’accent sur ce qui est commun à tous les instruments : l’écoute, le tempo, les nuances… La musique.

La spécificité de chaque instrument est aussi exploité pour aborder différents aspects de la musique. Par exemple, le rythme avec la batterie, l’harmonie avec le piano, la mélodie avec le chant, ainsi que les différentes places à prendre pour pouvoir entendre tout le monde, la répartition dans le spectre : le grave avec la basse ou les aigues avec la guitare. En changeant d’instruments, les enfants se retrouvent donc dans différents rôles sociaux qu’impliquent la pratique musicale,. Parfois leader, parfois accompagnateur. Cela leur permet de mieux comprendre les autres, ainsi que leurs propres difficultés.

  • Solfège oral, un langage pour la communication :

Le solfège est abordé de façon orale et découle du besoin de communication dûe à la pratique collective, à la création et aux changements d’instruments. C’est parce qu’ils doivent communiquer entre eux pour expliquer aux autres les parties musicales qu’ils viennent d’inventer, ainsi que pour les mémoriser plus facilement, que les enfants comprennent l’interêt d’un langage commun à tous les instruments.

  • La création de chansons :

Les enfants créent leurs chansons collectivement. Ils écrivent les textes et composent les mélodies. En fonction de leurs niveaux de pratique, ils peuvent aussi créer les harmonies et les arrangements. Les moments de création sont particulièrement intéressants car ils permettent aux enfants d’apprendre à se positionner par rapport à leurs goûts, à savoir défendre leur point de vue artistique avec bienveillance et accepter les choix du groupe. Ils leur permettent aussi de constater que la diversité de leurs savoir-faire et une force collective qui peut remettre en question les hiérarchies, oublier un peu « les bons et les mauvais » pour valoriser les forces de chacun.

  • Quelques outils utilisés par nos intervenants :
  1. L’improvisation : l’improvisation est utilisée comme un moment de liberté et de recherche sous forme de jeu, qui peut permettre des formes et des résultats très différents des attentes habituelles (bruit, dissonance), permettant de mettre l’accent sur un objectif précis (le rythme, les nuances, la théâtralité…) sans se soucier d’un autre résultat. C’est aussi une base pour développer la créativité, la prise de risque artistique et le lâcher prise.
  2. La pratique individuelle : Des temps de pratique individuelle sont prévu. Ils permettent à certain enfant de pouvoir s’extraire du groupe, soit pour travailler plus précisément et à leur rythme un instrument, soit pour se retrouver seul et s’amuser sans contrainte. Ces moments peuvent aider les enfants à commencer à jouer chez eux, mais aussi à détendre l’atmosphère dans certains groupes problématiques.
  3. La méditation : Nous l’utilisons pour débuter les séances afin d’aider les enfants à se poser dans l’espace, de tranquilliser leurs déplacement nombreux et d’améliorer leur capacité d’écoute.
  4. La vidéo : Nous l’utilisons pour permettre aux enfants de se réécouter, de se souvenir de leurs idées et de prendre conscience de leur expressivité.